Les projets de l’Île de Nantes

Filtrer les projets

Par type
Par état

Jacqueline Osty et Claire Schorter, désignées pour écrire un nouveau chapitre de l’île de Nantes

NOUVELLE MAITRISE d'OEUVRE URBAINE

Après neuf mois de dialogue compétitif entre quatre équipes, le groupement conduit par Jacqueline Osty vient d’être choisi par la Commission d’appels d’offres de la Samoa sur proposition de la commission de sélection présidée par Johanna Rolland, maire de Nantes. La nouvelle équipe équipe prend le relais du groupement Smets-uapS-SCE et va assurer pour huit ans (2016- 2024) la maîtrise d’œuvre urbaine de l’île de Nantes.

 L’Atelier Jacqueline Osty (mandataire), associé à Claire Schorter (urbaniste), Ma-geo (bureau d’études), Roland Ribi & associés (bureau d’études mobilité), Quand même (exploration, participation) et Concepto (bureau d’études conception lumière), a été retenu à la suite d'un dialogue compétitif de 9 mois. La nouvelle équipe se consacrera à la mise en œuvre opérationnelle du quartier sud-ouest, potentiel de 80 hectares intégrant le nouveau CHU et le quartier de la santé, ainsi qu’à la définition d’espaces publics majeurs dont le grand parc métropolitain.

Le jury a particulièrement apprécié le projet de l’équipe interdisciplinaire, tout en dialogue avec le paysage de Loire, proposant un système de quatre parcs à l’échelle de la pointe ouest de l’île qui donne une nouvelle dimension à cet espace emblématique et apporte un réponse au plus près du désir de Loire exprimé par les Nantais à l’occasion du débat « Nantes, la Loire et nous », ainsi qu’à l’envie de « Nature en ville »

L’accord-cadre sera notifié en janvier 2017 pour une durée de huit ans et portera sur des missions, complémentaires  – études paysagères et urbaines, accompagnement des opérations immobilières, conception des espaces publics – à l’échelle de toute l’île, pour garantir la cohérence d’ensemble du projet urbain de l’île de Nantes.

Un atelier citoyen a associé aux différentes étapes du dialogue une trentaine de citoyens volontaires, permettant la prise en compte de leurs attentes, jusqu’à formaliser un « avis citoyen » porté par les représentants de l’Atelier devant la commission de sélection finale.