• Français
  • Anglais
loader
Fermer la fenêtre
Se déplacer

Se déplacer sur l'île de Nantes

Fermer la fenêtre
Filtrer
Par état
loader

L’île de Nantes, un territoire central, connecté à la métropole

Avec l’avancée du projet urbain, les modes de déplacement ont beaucoup évolué sur l’île de Nantes. En s’appuyant sur la politique de mobilité volontariste de Nantes Métropole, le projet urbain a favorisé le développement d’une offre diversifiée qui réponde à tous les usagers. La transformation des différents quartiers s’est présentée comme un véritable levier pour développer l’offre de transports en commun, aménager de nouveaux espaces publics et favoriser les déplacements doux pour les piétons et cyclistes.

L’attention portée par le projet urbain aux liens entre les différents quartiers de l’île de Nantes comme avec le reste de la métropole conduit à une requalification progressive des axes de circulation et à la création de nouvelles voies de connexion. Dès 2001, la Passerelle Schoelcher symbolise le trait d’union que va poursuivre le projet urbain entre l’île de Nantes et la ville historique.

Et dès 2011, deux nouveaux ponts – Eric-Tabarly au nord et Léopold-Sédar-Senghor au sud – facilitent le franchissement du fleuve à l’est de l’île. En parallèle, les grands axes de circulation automobile sont reconfigurés, en commençant par le boulevard du général de-Gaulle en 2006. Cette pénétrante autoroutière, jusqu’alors lieu de coupure entre l’est et l’ouest de l’île, a été transformée en boulevard urbain et accueille dorénavant la ligne 4 du BusWay.

Les opérations dédiées aux déplacements

Une amélioration continue des lignes de transports en commun

Déjà desservie par les lignes 2 et 3 du tramway, l’île de Nantes dispose alors d’une nouvelle ligne de transports en commun nord-sud. Lors de la seconde phase du projet urbain, une desserte d’est en ouest s’installe avec la ligne de Chronobus C5. Au-delà du renforcement du maillage de transports en commun, l’aménagement de cet axe va se conjuguer avec une reconfiguration des espaces publics et le déploiement de voies dédiées aux piétons et cyclistes, qui se poursuit.

chronobus c5 2 1024x682 - Passerelle Schoelcher
Chronobus Ligne C5. Bd de la Prairie au Duc. © Jean-Dominique Billaud/Samoa

L’arrivée du nouveau CHU de Nantes à l’horizon 2026 se conjugue avec une nouvelle extension du réseau de transports en commun, puisque deux lignes de tramway sont programmées afin de mieux desservir l’ouest de l’île de Nantes.

Un projet urbain qui accompagne le développement des mobilités douces

Face au développement des nouveaux modes de déplacement, le projet de renouvellement urbain saisit les opportunités pour créer des conditions d’une offre diversifiée. En parallèle des voies dédiées aux piétons et aux cyclistes le long des axes de circulation, l’île de Nantes accueille une véloroute, progressivement déployée d’est en ouest au pied de la voie ferrée, et installe des promenades le long du fleuve.

S01 07.18 JAC.182 1024x683 - Passerelle Schoelcher

Au nord, le réaménagement des berges du faubourg a bouclé la trajectoire initiée entre le parc des Chantiers et les espaces reconfigurés au pied du pont Eric-Tabarly. Au sud-ouest, l’installation du parc de Loire et du nouveau centre hospitalier de Nantes parachèveront les aménagements du tour de l’île de Nantes, offrant à terme 10 kilomètres de berges aménagées. Sans fermer la voie aux véhicules individuels motorisés, l’île de Nantes construit une ville adaptée aux évolutions sociétales qui affectent les mobilités et s’inscrit dans un modèle de développement durable.

Infos pratiques sur les services de transports métropolitains :